Petites nouvelles de la recherche du 1er trimestre 2019

Don au Cercle

Les enfants de François Kellerknecht ont respecté les volontés de leur père qui souhaitait que le buste allégorique, représentant L'Alsace pleurant sa patrie perdue, ne quitte pas Ribeauvillé. Aussi, a-t-il eu la gentillesse d’en confier la garde au Cercle de Recherche.

Cette œuvre (terre cuite, hauteur, 44 cm) de Jean Louis Grégoire représente une Alsacienne versant une larme. Ce buste, de très belle facture, est présent dans des musées de prestige comme le musée Condé à Chantilly et le musée d’Elbeuf et fait l’objet de plusieurs ventes aux enchères internationales. Il en existe en plâtre, en terre cuite et en bronze.

Après la défaite de 1870, l’Alsace-Moselle a pris une place particulière dans la représentation du territoire de la nation française. L’Alsace-Lorraine est restée présente dans l’espace des géographes – le célèbre hexagone – et dans le quotidien de centaines de milliers de Français, L’absence de l’Alsace-Lorraine est une mutilation nationale et devient un thème récurrent « à l’intérieur ». Ainsi, voit-on fleurir pléthore de références aux « provinces perdues » : nom de  rues, des articles et écrits divers traitant de la « nostalgie des provinces perdues, peintures (Jean Jacques Henner), et sculptures montrant l'Alsace personnifiée pleurant la France dont celle de Jean Louis Grégoire.

Ce dernier (Paris, 1840 – Paris, 1890) fils d'un ciseleur, fut élève à l'École des Beaux-Arts de Paris où il réalisa de nombreuses œuvres à caractère académique. Il expose au Salon de 1867 à 1890. On lui connaît plusieurs œuvres à sujets classiques, mais aussi en lien avec la guerre de 1870 et ses conséquences.

C’est donc une œuvre exceptionnelle qui vient de rentrer dans les collections du Cercle. Merci à son donateur.

Une nouvelle personnalité au panthéon ribeauvillois :

S'il avait été un fils obéissant, Louis-Clément Faller aurait dû être prêtre et non peintre. Né le ler juin 1819, à Habsheim, au sein d’une famille catholique militante, Louis Clément fréquente le collège jésuite de Fribourg. De nature volontaire et fantasque, il s’en échappe deux fois, la seconde pour avoir caricaturé maîtres et condisciples. Il retrouve pour quelque temps sa famille alors installée à Ribeauvillé.

Après un essai peu concluant dans les Ponts et Chaussées, il part à Paris vers 1838 où i1 entreprend une formation de peintre, d’abord à l'atelier de Delaroche (1841), puis dans celui d’Eugène Delacroix (1844). Pendant cette période, il va subvenir à ses besoins en donnant des cours de dessin, notamment à la comtesse de Montebello (future dame d’honneur de l’Impératrice). Delacroix lui délivrera, le 5 février 1844, une attestation appuyant son entrée à l'école des Beaux-Arts :« Je certifie que M. Faller, mon élève, est en état de concourir pour les places, et je prie Monsieur le Secrétaire de l’Académie de l’inscrire sur les registres de l’Ecole ».  S’il ne fréquente pas l’école (en effet, il ne figure pas dans les listes d’élèves de l’école), le jeune artiste va néanmoins se voir confier des commandes qui lui permettent de vivre correctement entre l’Alsace et Paris.

La révolution de 1848, l’oblige à quitter la France pour des raisons politiques et il décide de s'expatrier à la Nouvelle-Orléans où il rencontre quelques succès comme portraitiste. Il enseigne dans un lycée de Saint-Louis (Missouri) et épouse, en 1852, Marie Amélie Pauline Longuemare, Parisienne réfugiée aux États-Unis avec son père. Le couple s’établit à New York en 1853 et aura une fille en 1858 qui deviendra, à son tour, peintre de nature morte, aquarelliste, portraitiste et peintre sur porcelaine.

Louis Clément Faller participe à l’exposition de la National Academy of Design de New York. Il y ouvre un atelier et participe activement à l’American Barbizon School. Il travaille alors le paysage et devient le chef de file d’un mouvement pictural franco-américain.

A la mort de son père en 1858, il revient en France et s’installe à Ribeauvillé où il vit solitaire entre sa femme et ses enfants. Les Vosges lui donnent l’occasion de parfaire sa technique de la lumière changeante, des effets de brume et du vent, des vibrations de la nature qui feront, un temps, sa renommée. Des collectionneurs s'intéressent à son travail : Jean Dollfus (célèbre industriel de Mulhouse), Godefroy Engelmann fils, Xavier Mossmann (archiviste de la Ville de Colmar), Engel de Mulhouse...

 

Dans une lettre, il décrit ainsi Ribeauvillé : « Je vois les troupeaux paître tranquillement sur les montagnes où glissent les ombres bleues des nuages comme de grandes draperies vaporeuses … A l’entrée du village les poules gloussent, tandis que des oies pesantes se traînent près du ruisseau où barbotent les canards ... Voici les porcs tout roses qui fouillent la boue de leur groin charnu … J’aperçois les ménagères étendant leur linge au soleil sur les haies d’aubépines parsemées de perles de corail. J’en vois d'autres qui suspendent des bouquets d’herbes aromatiques au-dessus de la fenêtre basse de leurs chaumières, parmi des chapelets d’oignons. D’autres encore, assises sur le seuil, allaitent des enfants vermeils, pendant qu’à leurs pieds des chats se vautrent dans la poussière ... Je sens les âcres odeurs du foin et le parfum de la cuisson du pain ... Toutes les portes sont ouvertes. Dans la chambre enfumée, le coucou accompagne de son tic-tac le sourd bouillonnement que laisse échapper une marmite suspendue à la crémaillère au milieu de l’âtre ... Je devine, dans les bois voisins, des profusions de fraises, de framboises, de myrtilles. Je poursuis les truites aux reflets de nacre remontant le cours des torrents, bondissant de rocher en rocher dans une nappe d`eau argentée … A l'heure du crépuscule, quand les vaches aux flancs gonflés de nourriture rentrent seules, chacune à son étable, j’entends, dans tous les sentiers, le tintement des cloches mêlé à des mugissements ... C’est la nuit, c’est l’œil roux d’une lanterne sous le pur regard des étoiles ... »  Texte un peu naïf, certes, mais qui évoque sans aucun doute un paysage romantique bucolique anglais.

Notons également que c’est sans doute à cette époque qu’il a peint le portrait de la mère de Camille Schlumberger dans son autobiographie (1932) ; document que possède le Cercle.

Il hérite de son père une maison à Orsay où il viendra s’installer en 1865. Cette maison va devenir le lieu prisé d'artistes et d'intellectuels, dont un autre Alsacien célèbre, Auguste Bartholdi, ainsi que du philosophe et historien de l'art Hippolyte Taine. Il y « commença une existence de recherches et d'essais que la mort seule devait interrompre ». Il connaît alors une période de création dans la veine du pré-impressionnisme. C’est un théoricien de l'école du plein air, des paysages riches de vie, vibrant des lumières environnantes et changeantes jusqu'à ce qu'elles deviennent des impressions. Il expose au Salon de Strasbourg en 1866 et envoie des œuvres au Salon de Paris en 1867 et 1869, notamment des paysages de la Vallée de Chevreuse « dont il restera le peintre aux aspects multiples, tour à tour brutal, précis, fantastique jusqu'à ne plus voir dans la nature qu'une broussaille lumineuse dessinée au pinceau et basée sur des gris et des verts ». Sa passion pour le paysage, Faller la nourrit du pittoresque de la vallée de Chevreuse qu’il parcourt sans cesse. Après cette date, Faller n'expose plus. « L'heure de Faller était en avance sur son époque. Elle marquait un art très voisin de l'Impressionnisme ». Le succès critique ne sera pas à la mesure de son attente. En 1869, il décide de ne plus exposer. « Je n’envoie plus au Salon. Il y a là comme ailleurs une clique dont il faut faire partie ; je ne le veux pas 

A cette amertume, la guerre de 1870 va ajouter un poids supplémentaire de tracas. Les Faller fuient l’arrivée des Allemands qui se livrent à un saccage de leur maison et réduisent son atelier en cendres. Fortement éprouvés, ils s’installeront alors à Paris où Marie-Pauline Faller meurt le 28 décembre 1889. Louis-Clément Faller s’isole alors encore plus, entretenant un ressentiment né de l’incompréhension des collectionneurs et de la critique ; « La grande peinture se perd en France. Depuis Delacroix, qui n'a pas été apprécié de son vivant, tout dégénère excepté le paysage, qui possède une nouvelle Ecole à la tête de laquelle sont Renoir, Claude Monet, Sisley, etc., qui tous crèvent de faim... ». Se réfugiant dans une réelle misanthropie (« Ne donnez ma nouvelle adresse à personne, sous n’importe quel prétexte, pas même si l’on vous disait que c'est pour acheter des tableaux ou pour prendre des leçons » recommande-t-il à un ami), Louis-Clément Faller met fin à ses jours, par arme à feu, le 27 février 1901 dans l’appartement qu'il occupait 17 rue Jouffroy à Paris. Il est âgé de quatre-vingt-un ans.

Il sera inhumé dans la vallée de Chevreuse, à Orsay. Les quelque 400 tableaux qu'il possédait seront proposés à un brocanteur pour 40 francs !

Artiste méconnu, Clément-Louis Faller est pourtant présent dans plusieurs collections publiques, notamment en Alsace (Strasbourg, Colmar, Mulhouse, Altkirch) mais aussi au musée d’Orsay et aux Etats-Unis. Le musée Unterlinden possède une trentaine de dessins et peintures

Bibliographie : André Girodie - Un peintre alsacien de transition, Clément Faller – Editions de la revue alsacienne illustré, Strasbourg, 1907 / Article paru dans les DNA du 29/12/2001) / Biographie alsacienne.

HAUT